Le sénateur contre la machine

WASHINGTON - En Amérique le monde de la finance affiche depuis quelques mois d'un renouveau d'influence politique qu'il utilise pour saper la plupart des propositions raisonnables de réforme du secteur bancaire encore en discussion. Si nous faisons encore quelques progrès, c'est grâce aux efforts admirables d'une poignée de sénateurs américains.

Le travail du sénateur démocrate Ted Kaufman du Delaware (un Etat favorable aux business) est particulièrement remarquable. Il a ouvré sans cesse à résoudre les problèmes les plus difficiles du secteur financier américain. Il sait que pour réussir, une réforme nécessite trois ingrédients : des arguments persuasifs, la capacité d'obtenir le soutien d'autres sénateurs et de la chance sous la forme d'événements qui arrivent au bon moment pour mettre en évidence le problème que l'on veut résoudre. Contrairement à toute probabilité, il a fortement progressé sur les deux premiers fronts.

Bien avant que cela ne soit devenu banal, il a avancé l'idée que le boom immobilier américain était alimenté en partie par une fraude à grande échelle au sein du complexe prêt hypotécaire-titrisation-produits dérivés qui niche au cour de Wall Street. Cette thèse est de plus en plus largement admise et de grands journaux font maintenant état d'une enquête criminelle de grande envergure du gouvernement fédéral et du procureur général de l'Etat de New-York sur les prêts immobiliers et les pratiques financières qui leurs sont liées.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/f7dYeAi/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.