Une longue marche avec la Chine

PEKIN - La récente visite de quatre jours en Chine du vice-président américain Joe Biden s'est terminée sur une note positive. Il a assuré aux dirigeants chinois que les États-Unis se sont engagés à honorer toutes leurs dettes, malgré leur récent déclassement de crédit. Il a parlé avec enthousiasme de l'interdépendance sino-américaine et il a présenté sa petite-fille, qui a étudié le chinois pendant plusieurs années, comme un futur pont entre les deux pays.

Mais derrière tous les sourires et les toasts des banquets, de graves problèmes et des différences de point de vue continuent de diviser la perception du monde de deux grandes puissances.

Il y a dès le départ un problème d'attitude. Pour ceux qui considèrent montée de la Chine de manière négative, le pays est tout simplement de plus en plus arrogant. Il sévit dans ses différends territoriaux avec le Japon en mer de Chine orientale, s'affirme de plus en plus au sud de la mer de Chine avec ses voisins, également pour des îles contestées, il met son propre avion de chasse furtif en vedette pendant la visite du secrétaire à la Défense en Chine et envoie son premier porte-avions en mer pour des essais, indiquant par là la possibilité d'établir des bases navales dans l'océan Indien. Même une bagarre entre les Chinois et une équipe de basket américain en visite est considérée comme étant la preuve d'un comportement agressif de la Chine.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/XkbSWSs/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.