Margaret Scott

Une métamorphose japonaise ?

OSAKA – La victoire cinglante du Parti Démocrate du Japon (PDJ) a mis fin à la domination unilatérale du Parti Libéral Démocrate (PLD) qui a dirigé le pays presque sans interruption depuis 1955. Depuis près de 10 ans, le PDJ n’était pas considéré comme une alternative viable au PLD, ne donnant que l’apparence d’un système bi-parti. 20 ans après la fin de la guerre froide, le Japon se dote enfin d’un système de gouvernement post-guerre froide.

L’opinion publique japonaise doute encore de la capacité à gouverner du PDJ et reste sceptique quant à son programme édulcoré de redistribution des richesses qui ne repose sur aucun financement solide. L’opinion publique est aussi consciente que ce parti à l’idéologie fragmentée n’a pas de politique étrangère et de sécurité pragmatique et cohérente.

Mais le profond agacement de la population envers le PLD permet malgré tout aujourd’hui au PDJ de former le prochain gouvernement. Depuis quatre ans, le PLD s’est montré incapable de répondre efficacement aux problèmes qui inquiètent les japonais : pensions, chômage et précarité. De plus, le PLD s’est trouvé confronté à une série de scandales mineurs et a fait preuve d’incompétence. Le pouvoir central du parti s’est totalement démantelé comme le prouve la nomination de trois premiers ministres en l’espace d’un peu plus d’un année.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/dA6hA9q/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.