Le dédale de la dette grecque

BUENOS AIRES – Les causes désespérées appellent des mesures désespérées. Le dernier train de mesures pour faire face à l'insolvabilité de la Grèce prévoit le rachat d'obligations du pays pour alléger le fardeau de sa dette. Il s'agit en fait d'une restructuration déguisée de la dette grâce à des fonds d'urgence provenant d'Europe c.-à-d. du Fonds européen de stabilité financière (FESF) qui avancerait les fonds à la Grèce pour le rachat sur le marché secondaire à fort escompte sans avoir à déclarer de défaut, mais forçant ainsi la main aux créanciers du secteur privé pour qu'ils essuient une partie des pertes.

Une caractéristique récurrente du débat entourant la crise de la dette en Europe a eu des précédents en Amérique latine. En effet, un grand nombre de pays d'Amérique latine fortement endettés en ont connu dans les années 1980 des opérations semblables de rachat de créances. Le rachat par la Bolivie en 1988 de près de la moitié de sa dette souveraine en défaut, une opération financée par des bailleurs de fonds internationaux, en est un exemple classique. L'expérience la plus pertinente de rachats de dette en Amérique latine est cependant un cas beaucoup plus récent et beaucoup moins étudié : celui de l'Équateur en 2008.

Le président du pays, Rafael Correa a caressé le projet de faire défaut depuis la campagne présidentielle de 2006 allant même jusqu'à inscrire l'annulation de la dette dans sa plate-forme électorale, ce qui a valu au pays une décote rapide à la note CCC de l'agence de notation Fitch. Les raisons invoquées par Correa (des objections juridiques sur la procédure d'émission des obligations dans un échange de dette en l'an 2000) étaient hors sujet. La menace de défaut n'était en fait qu'une tactique pour dévaluer les prix des obligations sur les marchés secondaires, et les racheter à escompte par la petite porte. Banco del Pacífico avait été mandatée pour ce faire, rachetant des titres en voie de défaut de l'Équateur à 20 cents par dollar et au dessus – un niveau suffisamment bas pour alléger la dette, mais assez haut pour ne pas attirer les investisseurs prédateurs.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/XpwtvO8/fr;
  1. China corruption Isaac Lawrence/Getty Images

    The Next Battle in China’s War on Corruption

    • Chinese President Xi Jinping knows well the threat that corruption poses to the authority of the Communist Party of China and the state it controls. 
    • But moving beyond Xi's anti-corruption purge to build robust and lasting anti-graft institutions will not be easy, owing to enduring opportunities for bureaucratic capture.
  2. Italy unemployed demonstration SalvatoreEsposito/Barcroftimages / Barcroft Media via Getty Images

    Putting Europe’s Long-Term Unemployed Back to Work

    Across the European Union, millions of people who are willing and able to work have been unemployed for a year or longer, at great cost to social cohesion and political stability. If the EU is serious about stopping the rise of populism, it will need to do more to ensure that labor markets are working for everyone.

  3. Latin America market Federico Parra/Getty Images

    A Belt and Road for the Americas?

    In a time of global uncertainty, a vision of “made in the Americas” prosperity provides a unifying agenda for the continent. If implemented, the US could reassert its historical leadership among a group of countries that share its fundamental values, as well as an interest in inclusive economic growth and rising living standards.

  4. Startup office Mladlen Antonov/Getty Images

    How Best to Promote Research and Development

    Clearly, there is something appealing about a start-up-based innovation strategy: it feels democratic, accessible, and so California. But it is definitely not the only way to boost research and development, or even the main way, and it is certainly not the way most major innovations in the US came about during the twentieth century.

  5. Trump Trade speech Bill Pugliano/Getty Images .

    Preparing for the Trump Trade Wars

    In the first 11 months of his presidency, Donald Trump has failed to back up his words – or tweets – with action on a variety of fronts. But the rest of the world's governments, and particularly those in Asia and Europe, would be mistaken to assume that he won't follow through on his promised "America First" trade agenda.