0

Un « New Deal vert » mondial

NAIROBI – Compte tenu de la progression fulgurante du chômage, de la multiplication des faillites et des bourses mondiales en chute libre, il pourrait sembler justifié de remettre à un jour meilleur la lutte contre le changement climatique et de suspendre les investissements en faveur de l’environnement. Mais ce choix serait une erreur fatale, avec des conséquences immédiates et sur plusieurs générations.

Loin d’accabler une économie mondiale au bout du rouleau, les investissements en faveur de l’environnement sont précisément la prescription nécessaire pour créer des emplois, remplir les livres de commande et remettre les économies de la planète sur les rails.

Les préoccupations environnementales étaient auparavant considérées comme un luxe ; aujourd’hui, elles sont incontournables, ce que certains économistes, mais de loin pas tous, ont compris.

Une proportion importante du plan de relance de 825 milliards de dollars du président Barack Obama pour les Etats-Unis est consacrée à encourager les énergies renouvelables, à rendre des millions de logement plus écologiques et à améliorer un  réseau électrique obsolète. Il est prévu que ces investissements créent près de cinq millions d’emplois « verts », et relancent le secteur de la construction et de l’industrie d’équipement. Ils doivent également permettre aux Etats-Unis de s’atteler à la tâche non moins sérieuse qu’est la lutte contre le changement climatique et la sécurité énergétique.