0

Une Europe pour tous

Les membres de longue date de l’Union européenne semblent douter de l’avenir de l’Union européenne, mais les Ukrainiens regardent l’Union européenne avec un certain espoir et une certaine admiration. L’objectif fondamental de notre politique étrangère est de nous intégrer au progrès européen, parce que l’Ukraine a découvert que l’autonomie nationale n’est pas une fin en soi mais un simple commencement.

En effet, l’unité européenne est indivisible : quand une nation est victime d’ostracisme, aucune nation n’est libre. Nous sommes, Européens, tous liés par un lien auquel nous ne pouvons échapper, liés en une destinée unique. Tous les aspects de la culture que nous partageons, sans parler du siècle de souffrances que nous venons de partager, nous le confirment. Tout ce qui affecte un Européen directement nous affecte tous indirectement.

Nous ne pourrons plus jamais nous permettre de vivre avec les notions étroites de deux Europes, une Europe de nantis et une Europe de démunis, d’élus et de bannis. Quiconque vit sur le continent européen aujourd’hui ne peut, en fait ne doit, être considéré comme un étranger à son Union. La grande Pax Europa d’aujourd’hui, tout comme la prospérité paneuropéenne actuelle, en dépend.

Certains diront bien sûr que l’Ukraine ne fait pas partie de l’Europe. Qu’ils viennent à Kiev et rencontrent ses habitants, jeunes et vieux, les ouvriers, les épouses de fermiers, les avocats et les médecins et les instituteurs qui se sont levés et sont restés debout dans le froid et la neige des semaines durant pour défendre leurs libertés l’hiver dernier.