Un parti communiste sans communisme

PRINCETON – Le sacrement d’Alexander Medvedev par le président russe, Vladimir Poutine, pour lui succéder en mars prochain à ce qui était censé être une élection présidentielle démocratique, montre que les dirigeants russes n'ont pas changé d’un iota. Comme sous le régime de Leonid Brejnev, il est de plus en plus probable que les mêmes noms continueront à faire la une des actualités dans les décennies à venir.

Selon Gleb Pavlovsky, principal idéologue du régime de Poutine, le système russe actuel est parfait à tous les égards, excepté à un seul : il ne connaît pas ses ennemis. En effet, il semblerait que tous les membres du Kremlin soient en pleine lecture de Carl Schmitt, juriste et théoricien nazi selon lequel la mission centrale de la politique consiste à nommer ses ennemis.

Conformément à l'esprit de Schmitt, les fidèles de Poutine ont désigné leur ennemi : un parti libéral, l’Union des Forces de droite, dont les rencontres publiques ont été dispersées par les forces de police armée, les chefs de file arrêtés et molestés, et les partisans qualifiés par Poutine de « coyotes ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/KShPmHP/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.