3

Un coup de clairon pour les marchés émergents

ITHAQUE - Courant 2012, il est temps de réfléchir à la façon dont une décennie de forte croissance économique sur les marchés émergents a conduit aux transformations politiques retentissantes de l'année dernière. Des événements dramatiques du Moyen-Orient, à la lame de fond pour le soutien de la croisade anti-corruption menée Anna Hazare en Inde, les chefs des marchés émergents reçoivent un message clair de la rue, message selon lequel que la croissance n'est pas tout. Ils ignorent ce message à leurs risques et périls.

Les économies des marchés émergents ont connu une forte croissance pendant les années 2000 et ont même survécu à la crise financière mondiale sans effondrement de la croissance. Mais le spectre d'une montée de la corruption compromet la légitimité de leurs profits économiques et sapent le soutien de prochaines réformes nécessaires au soutien de leur élan de croissance.

La corruption prend de nombreuses formes, mais sur les marchés émergents, plusieurs facteurs l'ont transformée en un cancer qui finit par renverser des régimes. L'implacable corruption de faible niveau est une cause d’énervement considérable pour les pauvres dans plusieurs de ces pays ; en effet, elle limite leur accès aux services sociaux et aux fonctions fondamentales du gouvernement dont dépend souvent leur survie même.

Un autre type de corruption implique le détournement d'énormes sommes d'argent sur des projets à grande échelle. En Inde, par exemple, le gouvernement a perdu pas moins de 30 à 40 milliards de dollars de revenu nécessaires quand un spectre de bande très convoité a été vendu à des enchères truquées.