L’Euro ne peut pas tenir en l’absence d’un centre

CAMBRIDGE – Alors que le taux de chômage des jeunes atteint 50% dans des pays de la zone euro tels que l’Espagne et la Grèce, une génération est-elle en train d’être sacrifiée pour maintenir une monnaie unique qui s’applique à un groupe de pays trop différents que pour être soutenable& ? Si tel est le cas, l’élargissement de la zone euro sert-il vraiment le but apparent de l’Europe de maximiser l’intégration économique sans forcément parvenir à une union politique complète& ?

La bonne nouvelle est que la recherche économique a quelques conseils à donner concernant la question de savoir si l’Europe devrait avoir une monnaie unique, oui ou non. La mauvaise nouvelle est qu’il est devenu de plus en plus clair, au moins pour les grands pays, que les zones monétaires seront extrêmement instables à l’avenir, à moins qu’elles ne suivent les frontières nationales. Au minimum, les unions monétaires requièrent une confédération, détenant beaucoup plus de pouvoir centralisé de taxation et de mettre en œuvre d’autres politiques que ce que les leaders européens n’envisagent pour la zone euro.

Qu’en est-il de la fameuse conjecture de 1961 du Prix Nobel Robert Mundell selon lequel les frontières nationales et monétaires ne doivent pas nécessairement coïncider& ? Dans son article provocateur «& Une Théorie des Zones Monétaires Optimales& » publié dans l’American Economic Review, Mundell développe l’argument que, pour autant que les travailleurs puissent se déplacer vers les emplois disponibles au sein d’une région monétaire, la région peut se permettre de renoncer au mécanisme d’équilibrage par ajustement du taux de change. Il reconnaissait qu’un autre (futur) Prix Nobel, James Meade, avait justement insisté sur l’importance de la mobilité du travail dans ses travaux précédents, mais il critiquait Meade pour son interprétation trop stricte, particulièrement dans le contexte de l’intégration européenne naissante.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/fJmpkpz/fr;
  1. haass102_ATTAKENAREAFPGettyImages_iranianleaderimagebehindmissiles Atta Kenare/AFP/Getty Images

    Taking on Tehran

    Richard N. Haass

    Forty years after the revolution that ousted the Shah, Iran’s unique political-religious system and government appears strong enough to withstand US pressure and to ride out the country's current economic difficulties. So how should the US minimize the risks to the region posed by the regime?

  2. frankel100_SpencerPlattGettyImages_mansitswithumbrellawallstreet Spencer Platt/Getty Images

    The US Recovery Turns Ten

    Jeffrey Frankel

    The best explanation for the current ten-year US economic expansion – tied for the longest since 1854 – is disappointingly simple: the Great Recession was the worst downturn since the 1930s. And if the dates of American business cycles were determined by the rule that most other countries apply, the current expansion would be far from beating the record.

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.