L'Inde et le dilemme birman

Le monde est horrifié par les images brutales de la dernière répression exercée par la junte au pouvoir au Myanmar. Les balles et les matraques qui se sont abattues sur les bonzes ont été efficaces, car ils sont retournés dans leurs monastères et Rangoon (Yangon) - l'ancienne capitale et la principale ville du pays – a retrouvé une inquiétante normalité.

La répression continue silencieusement. Quand le soleil se lève sur le Myanmar, la peur s'éveille. A moitié éveillé, chacun est dans l'attente anxieuse du bruit de coups sur la porte. N'importe quelle nuit, les soldats ou leurs agents peuvent venir vous chercher, vous emmener et faire que l'on n'entendra plus jamais parler de vous.

Récemment, les hommes de main de la junte ont fait des descentes de nuit dans les monastères, mettant en ligne les moines endormis, projetant leurs têtes rasées contre le mur, rapidement rouge de sang. Beaucoup d'autres, peut-être par centaines, ont été amenés pour être interrogés, torturés ou exécutés. La presse internationale a rapporter l'agression nocturne d'une employée de l'ONU et de sa famille, mais des centaines de Birmans ordinaires subissent le même traitement.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/8PTzJzl/fr;