World war II veteran US National Park Service/Flickr

1945 n’est plus

NEW YORK – Le 8 mai 1945, lorsque la Seconde Guerre mondiale prend officiellement fin en Europe, la majeure partie du monde n’es plus qu’un champ de ruines. Mais si la faculté destructrice de l’homme ne connaît pas de limite, sa capacité à repartir de zéro est tout aussi remarquable. Peut-être cela explique-t-il que l’humanité soit jusqu’à présent parvenue à survivre.

Bien entendu, l’après-guerre laisse derrière lui plusieurs millions de personnes trop affamée et trop épuisées pour s’efforcer de faire autre chose que rester en vie. Pour autant, à cette même période, une vague d’idéalisme vient balayer les décombres, produisant un sentiment collectif de détermination à bâtir un monde plus équitable, plus pacifique, et plus sûr.

C’est la raison pour laquelle le formidable héros de guerre Winston Churchill ne sera pas réélu à l’été 1945, avant même que le Japon n’abandonne la partie. Hommes et femmes n’ont alors pas risqué leur vie pour retrouver la vielle époque des privilèges de classe et de la privation sociale. Ils aspirent désormais à de meilleurs logements, à un accès à l’éducation, ainsi qu’à une santé gratuite pour tous.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/KOwKyXG/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.