0

La survie politique d’Olmert en question

Après qu’Israël ait échoué à remporter une nette victoire contre le Hezbollah au Liban-sud l’été dernier, la pression de l’opinion publique a obligé le gouvernement du Premier ministre Ehud Olmert à nommer une commission chargée d’enquêter sur les causes de cet échec surprenant. Comment une petite milice, composée de quelques milliers de combattants, avait-elle pu survivre à l’assaut de la plus formidable machine militaire du Moyen-Orient ?

La commission, dirigée par l’ancien juge de la Cour suprême Eliahu Winograd, vient de rendre son rapport préliminaire. Ses critiques à l’encontre d’Olmert, du ministre de la Défense Amir Peretz et du Chef d’état-major Dan Halutz – énumérées dans un rapport détaillé et méticuleux de 117 pages – sont dures, mais sans surprises. La Commission Winograd met en lumière ce que la plupart des Israéliens pensaient déjà : Olmert et Peretz n’avaient ni l’expérience militaire, ni l’expérience politique pour affronter une organisation terroriste qui a lancé des raids sur Israël, tué des soldats et kidnappé deux autres, puis lancé des milliers de roquettes sur des cibles civiles pendant plus d’un mois.