1

Turquie : une nation de confessions

ANKARA – Après des décennies de négligence et de méfiance de la part des autorités, la Turquie a adopté plusieurs mesures pour assurer leurs droits aux minorités religieuses non musulmanes du pays et pour garantir l’application équitable de l’autorité de la loi à tous les citoyens turcs, indépendamment de leur religion, de leur ethnie ou de leur langue.

Parmi ces minorités religieuses, on compte aujourd’hui des Grecs orthodoxes, des Arméniens, des Assyriens, des Chaldéens et d’autres confessions chrétiennes, ainsi que des Juifs, et toutes ces composantes font partie intégrante de la société turque. Pour souligner l’importance qu’accorde le gouvernement à cette nouvelle initiative visant à mettre fin à toute forme de discrimination contre les communautés non musulmanes, le président Abdullah Gül a reçu le patriarche de l’église grecque orthodoxe d’Istanbul, Bartholomew, et s’est rendu dans une église et dans une synagogue à Hatay – une première pour un président turc.