0

La fausse promesse des fonds de résolution de crise

ROME –  Depuis le début de la stabilisation des marchés en toute fin d’année dernière, l’idée de faire payer au système financier les coûts supportés par les contribuables pour le garder à flot rassemble un nombre croissant de voix parmi les responsables politiques et dans l’opinion publique. La France et la Grande Bretagne ont mis en place une taxe temporaire sur les bonus du secteur financier et le gouvernement des Etats-Unis a proposé une législation prévoyant une ‘prime de responsabilité pour crise financière’ pour récupérer les coûts induits par le Troubled Asset Relief Program américain. Il est aussi question de déterminer comment réformer au mieux le régime de taxation du secteur financier, qui est en général plus souple que dans d’autres secteurs d’activité et qui favorise indûment le crédit par rapport aux prises de participation.

Mais quelles que soient les sommes récupérées pour couvrir les coûts passés, elles ne changeront rien aux incitations du secteur financier en terme de prise de risque excessive. De plus, le montant des sommes à récupérer est très flou.