0

Apprivoiser l’économie à la mode vaudou

Les Américains viennent de conclure une fois de plus une campagne électorale présidentielle lors de laquelle la qualité du débat sur la politique économique fut épouvantable. Du côté républicain, les plumitifs et manipulateurs médiatiques, ainsi que bien d’autres personnes qui auraient dû savoir s’abstenir, se sont soudainement attachés à développer un goût extraordinaire pour ce que l’on appelle le « CPS Houselhold Survey of Employment » (Enquête CPS auprès des ménages sur l’emploi) comme l’indicateur supposé, mois après mois, des fluctuations du marché du travail. Le sondage CPS n’a jamais été conçu pour une telle utilisation, mais il offrait le brillant le plus favorable pour le déplorable bilan du gouvernement Bush en matière d’emploi.

Du côté démocrate, le même genre de plumitifs et de spécialistes des relations publiques se sont concentrés avec la précision d’un laser sur les mauvaises performances des années Bush en matière d’emploi, délaissant les bonnes nouvelles en matière de production et de productivité. Et, une fois de plus, les Républicains ont répondu tendancieusement, en se concentrant sur le taux de chômage plutôt que sur le nombre des emplois, comme si c’était une bonne chose que les pauvres performances du marché du travail depuis 2001 aient artificiellement réduit le nombre des demandeurs d’emploi.