3

La tourmente des Bourbons chinois

CLAREMONT, CALIFORNIE – Parfois, les lectures des hauts dirigeants d’un pays sont tout à fait révélatrices de ce qu’ils pensent. L’un des ouvrages récemment lus par plusieurs nouveaux membres du Comité permanent du Politburo du Parti communiste chinois (PCC), le plus important organe décisionnel du pays, apparaît ainsi surprenant. Il s’agit en effet de L’Ancien régime et la Révolution,d’Alexis de Tocqueville.

Ces cadres – auxquels le PCC s’apprête à passer le flambeau dans le cadre de son 18e congrès du 8 novembre – liraient non seulement Tocqueville pour son diagnostic du contexte social à la veille de la Révolution française, mais il paraît également qu’ils recommanderaient l’œuvre à leurs amis. S’il s’agit de la vérité, la question évidente est alors de savoir pourquoi les futurs dirigeants de la Chine font circuler une œuvre classique étrangère portant sur le thème de la révolution sociale.