0

Ce n'est pas la fin de la crise !

NEW-YORK – On peut interpréter les crises financières comme le fait Nassim Taleb en disant que ce sont des "cygnes noirs", des événements imprévus et imprévisibles qui changent le cours de l'Histoire. Mais dans mon nouveau livre sur les crises financières, Crisis Economics, qui couvre non seulement la crise récente mais une douzaine d'autres tant dans les économies avancées que dans les marchés émergeants, je montre que les crises financières sont en fait prévisibles. Ce qui se passe maintenant, la seconde phase de la crise financière mondiale, était tout aussi prévisible.

Les crises sont la conséquence inévitable de l'empilement de vulnérabilités et de risques macroéconomiques, financiers et politiques : des bulles des actifs, des prises de risques excessives et un recours excessif à l'effet de levier, le boom du crédit, une politique monétaire relâchée, un manque de contrôle effectif et de régulation du système financier, la cupidité et des investissements trop risqués des banques et des autres institutions financières.