6

L'immigration et la puissance de l'Amérique dans le monde

CAMBRIDGE – Les USA sont une nation d'immigrés. A l'exception d'un petit nombre d'Amérindiens, tout le monde est originaire d'ailleurs, et même les immigrés récents peuvent accéder aux plus hautes fonctions politiques et économiques. L'expression de Roosevelt s'adressant aux Filles de la Révolution américaine comme à ses "compagnes immigrées" est restée célèbre (Les Filles de la Révolution américaine est une association qui se vante de ce que les ancêtres de ses membres comptaient parmi les premiers arrivants sur le Nouveau continent).

Néanmoins, depuis quelques années, se développe un climat hostile à l'immigration, au point que cette question a joué un rôle important dans la bataille pour la désignation du candidat républicain. Mais la réélection d'Obama montre la force électorale des Latino-américains qui ont rejeté Mitt Romney à une majorité de 75%, de même que les Américains d'origine asiatique.

C'est pourquoi quelques républicains de renom demandent maintenant à leur parti de reconsidérer sa position anti-immigration, tandis que la réforme de l'immigration est inscrite dans l'agenda politique d'Obama. Ce sera une étape importante pour empêcher le déclin de l'Amérique.

Les craintes que suscite l'immigration quant à son impact sur les valeurs nationales et sur l'identité américaine ne sont pas nouvelles. Au 19° siècle, le mouvement des Know Nothing était fondé sur l'opposition aux immigrés, en particulier irlandais. L'immigration chinoise a été suspendue à partir de 1882 et la loi sur l'immigration de 1924 a freiné l'immigration pendant 40 ans.

Les USA ont connu un taux record de résidents nés à l'étranger en 1910 : 14,7%. Un siècle plus tard, d'après le recensement de 2010, ce taux était de 13%. Bien qu'ils constituent une nation d'immigrés, de plus en plus d'Américains sont critiques à l'égard de l'immigration. Les sondages montrent qu'une grande partie de l'opinion  publique souhaite qu'elle diminue. La récession a renforcé ce point de vue : 50% des Américains étaient favorables à une diminution de l'immigration en 2009, contre 39% en 2008.

L'opinion publique s'inquiète des conséquences sur la culture américaine du nombre d'immigrés et de leur origine. Selon les projections, en 2050 les Blancs non hispaniques ne seront que très faiblement majoritaires. Les Hispaniques constitueront 25% de la population américaine, les Afro-Américains 14% et les Asiatiques 8%.

Mais la communication de masse et les forces du marché constituent des motivations fortes pour maîtriser l'anglais et accepter un certain degré d'assimilation. Les médias modernes aident davantage les immigrés à connaître leur nouveau pays avant qu'ils ne s'y rendent que ce n'était le cas il y a un siècle. Il semble que l'assimilation des derniers immigrés est au moins aussi rapide que celle de leurs prédécesseurs.

Si une immigration trop importante peut engendrer des problèmes sociaux, à long terme l'immigration renforce la puissance des USA. D'après les estimations, au moins 83 pays et territoires ont un taux de fertilité insuffisant pour assurer le renouvellement de leur population. Alors que la plupart des pays développés seront de plus en plus confrontés à un manque de main d'œuvre, l'Amérique est l'un des quelques pays qui puisse éviter la baisse de sa population et de son poids démographique dans le monde.

Ainsi, pour ne pas voir sa population décliner, le Japon devrait accepter 350 000 nouveaux arrivants chaque année durant les cinq prochaines décennies, ce qui est difficile pour un pays historiquement hostile à l'immigration. Par contre, l'Institut américain des statistiques [Census Bureau] indique que la population américaine devrait augmenter de 49% au cours des quatre prochaines décennies.

Aujourd'hui, les USA sont le troisième pays le plus peuplé de la planète (après la Chine et l'Inde) et ce sera probablement encore le cas dans 50 ans, ce qui n'est pas sans conséquence sur le plan économique : presque tous les autres pays développés seront confrontés au fardeau croissant d'une population vieillissante - fardeau qui pourrait être allégé aux USA grâce à l'immigration.

Par ailleurs, bien que des études montrent que l'immigration apporte peu de bénéfices à court terme et que les employés non qualifiés risquent de souffrir de la  concurrence des nouveaux arrivants, l'apport des immigrés disposant des qualifications voulues pourrait être des plus utile dans plusieurs secteurs et favoriser la croissance à long terme. Il existe une forte corrélation entre le nombre de visas accordés à des demandeurs disposant d'une qualification et le nombre de brevets accordés aux USA. Au début de ce siècle, ce sont des ingénieurs nés en Inde ou en Chine qui faisaient tourner le quart des entreprises de haute technologie de la Silicon Valley (avec un chiffre d'affaire de 17,8 milliards de dollars). Entre 1995 et 2005, un quart des start-up du secteur technique aux USA a été lancé grâce au concours d'immigrés. Ce sont des immigrés ou des enfants d'immigrés qui sont à l'origine de 40% des 500 premières entreprises du classement réalisé par le magazine Fortune en 2010.

L'apport de l'immigration compte également pour le rayonnement des USA. Le fait que beaucoup de gens veulent y venir et la réussite des immigrés les rendent encore plus attractifs. Les USA agissent comme un aimant et beaucoup de gens envisagent de s'y installer, notamment parce qu'ils voient la réussite de nombre d'Américains qui leur ressemblent. Par ailleurs, les relations entre les immigrés et leurs familles et amis restés dans leur pays d'origine favorisent une information exacte et positive sur les USA.

De la même manière, la présence d'un grand nombre de cultures accroît les contacts avec d'autres pays, ce qui favorise l'ouverture d'esprit des Américains sur le monde à l'ère de la mondialisation. L'immigration renforce la puissance économique et le rayonnement des USA.

Selon Lee Kwan Yew, l'ancien dirigeant de Singapour qui est un observateur avisé à la fois des USA et de la Chine, cette dernière ne dépassera pas les USA en tant que première puissance mondiale du 21° siècle, précisément parce que le Nouveau continent attire les meilleurs éléments et les plus brillants du reste du monde et les fond dans une culture variée, riche de créativité. La Chine peut quant à elle puiser dans une population bien plus nombreuse, mais il estime qu'étant repliée sur sa propre culture, elle est moins créative que les USA.

C'est un point de vue que les Américains devraient prendre à cœur. Si Obama parvient à faire adopter sa réforme de l'immigration, il aura fait un grand pas en avant pour remplir sa promesse de maintenir la puissance des USA.

Traduit de l’anglais par Patrice Horovitz