Saturday, November 1, 2014
6

Mon discours aux diplômés de finance

NEW HAVEN – En cette saison des cérémonies de remise des diplômes aux États-Unis et ailleurs, ceux qui sont sur le point de quitter l’université doivent souvent écouter les derniers conseils avant de recevoir leurs diplômes. Aux étudiants qui veulent poursuivre leur carrière en finance – ou dans des filières connexes en assurance, comptabilité, vérification, droit ou gestion d’entreprise – j’envoie le message suivant :

Je vous souhaite la meilleure des chances au moment où vous quittez le monde universitaire pour entrer dans la profession de votre choix en finance. Au cours de vos carrières, Wall Street et les institutions de même nature auront besoin de vous. Votre formation en théorie financière, économie, mathématiques et statistiques vous servira bien. Mais vos cours en histoire, philosophie et littérature seront tout aussi importants, car s’il est essentiel que vous disposiez des bons outils, il faut également garder toujours en vue les considérations sociales supérieures que la finance doit respecter dans la poursuite de ses buts et objectifs.

À moins d’avoir étudié au fond de l’océan, vous savez tous que le secteur financier a essuyé des critiques très dures – la plupart justifiées – pour avoir jeté l’économie mondiale dans la pire crise qu’elle ait connue depuis la Grande Dépression. Vous n’avez qu’à demander auprès de vos confrères de classe qui se sont joints au mouvement des indignés dans le monde entier pour avoir le pouls du ressentiment général envers les financiers et le 1 % de la classe des plus hauts revenus qu’ils servent en premier lieu (et à laquelle eux aussi font partie).

Ces critiques sont parfois exagérées ou injustifiées, elles sous-tendent néanmoins le besoin de réforme des institutions financières et de leurs pratiques. La finance a longtemps été le pivot des démocraties libérales prospères, une bonne raison pour laquelle ses problèmes actuels doivent être réglés. Fort d’une plus grande conscience de notre degré d’interconnexion et de nos besoins multiples, vous avez tout ce qu’il faut pour y arriver. C’est en fait là que réside le véritable défi professionnel auquel vous serez confronté et que vous devrez envisager avant tout comme une occasion à saisir.

Les jeunes professionnels de la finance doivent se mettre au fait de l’histoire du système bancaire et admettre qu’il remplit sa fonction lorsqu’il dessert des franges de la société jusqu’ici laissées pour compte. Le mouvement des caisses d’épargne au Royaume-Uni et en Europe au XIXe siècle, et le mouvement de la microfinance lancé au XXe siècle par la banque Grameen au Bangladesh, nous viennent ici à l’esprit. Aujourd’hui, la meilleure manière de progresser est d’actualiser les technologies relatives à la finance et aux communications afin d’offrir aux classes moyennes inférieures et aux plus démunis une gamme complète de services bancaires socialement responsables.

Les diplômés qui se destinent au secteur des prêts hypothécaires font face à un défi différent, mais tout aussi important qui est de créer de nouveaux types de prêts dotés de modalités plus souples qui permettront aux propriétaires de maison de passer à travers le genre de turbulences économiques qui ont enseveli des millions de personnes sous une montagne de dettes.

Les jeunes banquiers d’affaires, pour leur part, sont devant une occasion unique de créer des formes participatives de capital de risque – qui se matérialisent en sites Web de financement par les collectivités – et qui favorise la croissance de petites entreprises innovatrices. Entretemps, les perspectives foisonnent pour que des recrues du monde de l’assurance créent de nouvelles méthodes de couverture des risques dont les gens ordinaires se préoccupent vraiment – à savoir les risques qui planent au-dessus de leur emploi, leur gagne-pain et la valeur de leur résidence.

Outre le secteur des banques d’investissement et des maisons de courtage, la finance moderne comporte une dimension publique et gouvernementale, qui à l’évidence, doit être réinventée dans la foulée de la dernière crise financière. La définition des règles du jeu pour un secteur financier robuste et socialement utile n’a jamais été aussi importante. Les organismes juridiques et administratifs ont également besoin de nouveaux diplômés pour analyser l’infrastructure juridique des activités financières et formuler les règlementations qui optimiseront les résultats pour l’ensemble de la société.

Une nouvelle génération de dirigeants politiques doit comprendre l’importance des connaissances de base en finance dans la population générale et trouver des moyens de donner aux citoyens des conseils juridiques et financiers dont ils ont besoin. Pendant ce temps, les responsables de la politique économique se trouvent devant la tâche énorme de concevoir des institutions financières, comme des régimes de pension et des intérêts publics qui reposent sur les assises solides du partage des risques entre les générations.

Ceux d’entre vous qui décident d’entreprendre une carrière de chercheur en économie et en finance ont besoin d’acquérir une meilleure compréhension des bulles spéculatives – ainsi que des méthodes plus poussées pour communiquer ce savoir aux professions de la finance et au grand public. Autant Wall Street a joué son rôle dans la crise actuelle, autant cette dernière est surtout le fait de la croyance généralisée que les valeurs immobilières ne pouvaient chuter – une croyance qui a nourri une véritable épidémie sociale. Une difficulté majeure pour la prochaine génération des chercheurs en finance sera d’apprendre à repérer de telles bulles et à les faire éclater avant qu’elles ne viennent infecter l’ensemble de l’économie.

Bardé de concepts financiers complexes allant du modèle d’évaluation des actifs financiers aux formules élaborées de tarification des options, vous voulez certainement, et avec raison, bâtir des carrières lucratives. Rien de plus normal, et votre réussite financière reflètera en grande partie votre efficacité à produire des résultats extraordinaires pour les entreprises qui vous emploient. Cependant, de manière imperceptible, les fruits du succès à Wall Street, et en finance plus généralement, sont en train d’évoluer, comme la définition de la finance doit changer si elle veut regagner sa place dans la société et la confiance des citoyens et des dirigeants.

Le monde financier, à son meilleur, ne fait pas que gérer les risques, mais agit également à titre de dépositaire des actifs de la société et de défenseur d’un de ses buts les plus profonds. Outre sa rémunération, la prochaine génération des professionnels de la finance recevra son dû sous la forme la plus précieuse de la satisfaction qui vient avec les gains obtenus par la démocratisation de la finance – étendant la portée de ses avantages dans les franges de la société où ils sont les plus nécessaires. Ceci est un nouveau défi pour une nouvelle génération qui aura besoin de toute l’imagination et de tout le talent que vous pouvez mettre à profit.

Bonne chance dans vos efforts pour réinventer la finance. Le monde a besoin de vos réussites.

Traduit par Pierre Castegnier

Hide Comments Hide Comments Read Comments (6)

Please login or register to post a comment

  1. Commentedjracforr jracforr

    The failure of the banking system was not a technical failure,rather it was ethical. So there is nothing to reinvent. This is why the politicians, and their financial backers are conveniently blind to the cause of the crash. They have eyes that do not see and ears that do not hear because it is profitable and convenient

  2. CommentedH Gerken

    I think we need an ordoliberal renaissance in finance, and we need a global consensus on that.

  3. CommentedWei Zheng

    I personally like the sobering speech especially in the context of current global economy crisis triggered by American sub-prime lending crisis and European debt crisis. As since the beginning of the crisis, There are murmurs of discontent among people in other industries about the venality among big bankers and the scantiness of self-discipline among finance specialists. I cite the last sentence. "Good luck in reinventing finance. The world needs you to succeed" not only in your personal own pocket but in serving millions of people.

  4. CommentedUsamah Uthman

    "it is vital not only that you have the right tools, but also that you never lose sight of the purposes and overriding social goals of finance." This is great. However, in order for that to happen the indivisual consumer /investor sovernieghty must not be the prime philosophy, and profit- making must not be the prime drive. In the policy domain, the possibilty of speculatin in financial markets must be reduced to the minimum possible, and financial innovation must be limited to real sector's needs. in the academic domain, such values and ideas must be reflected in textbook-writing and curriculum design.

  5. CommentedZsolt Hermann

    I would have a less inspiring and sobering speech for those graduates the article mentions in the first paragraph.
    Most of our problems today stem from the fact that we lost the proper cause and effect relationship.
    Services, professions that were supposed to serve, and assist human, social functions have become the "cream", the object of desire, basically these institutions are served today by the rest of society.
    We do not need to reinvent financial institutions, we need to reinvent a more improved human society, more suited to the conditions of the 21st century, starting with basic human attitude, the relationship in between people, and if we reinvent the foundations all other institutions supposed to serve normal human society would adjust automatically.
    Today our society is based on false, illusory values of excessive over consumption where we are urged, tempted into keep on buying products we do not need, without marketing we would not even dream of, for money we do not have. We have become slaves to this social pressure and the institutions serving it and benefiting from it.
    Since it is a totally unnatural system now it has become self destructing, threatening even our long term, or not so long term survival in the closed, finite system we exist in.
    Thus first of all we have to reinvent normal, natural values, and purposes within human society, build a new structure based on mutual responsibility and mutual consideration, adapting to the global, integral human network of today.
    Everything else is secondary.

  6. Commenteddevis dialabank

    In order to ensure an orderly evolution of finance from a niche segment into the mainstream international financial markets, it is vital to further enhance the industry's capabilities for cross-border activities, which in turn will encourage innovative product development, robust and standardized regulatory frameworks and the long term stability of the industry.
    http://www.dialabank.com/article.cfm/articleid/1741

Featured