Monday, September 1, 2014
0

Le flambeau révolutionnaire de la liberté

La plupart du temps, les grands penseurs sociaux font tout d’abord naître des clivages d’opinions. Ils sont admirés par certains et méprisés par d’autres jusqu’à ce que leur mise en question radicale de notre perception du monde finisse par convaincre. Milton Friedman fait partie de ces grands penseurs sociaux pour au moins deux raisons. D’une part, il a joué un rôle prépondérant dans son domaine de prédilection, l’économie ; et d’une manière plus générale, il a laissé sa trace dans les sciences sociales. D’autre part, au vu de l’histoire, son influence sur l’opinion publique et sur l’élaboration de la politique économique a permis d’améliorer un nombre incalculable d’existences.

Durant des décennies, Milton Friedman est resté bloqué dans une traversée du désert intellectuelle : il refusait le consensus keynésien de l’après guerre voulant que les gouvernements aient recours à la politique budgétaire pour gérer la demande globale –conception qui a inspiré les politiques économiques étatistes des années 70. En effet, à cette période, Friedman faisait figure de véritable révolutionnaire intellectuel, associant la recherche universitaire rigoureuse aux ouvrages et articles à succès écrits avec élégance, en faveur des politiques d’économie de marché – et revendiquant le lien entre liberté économique et liberté politique, défendu par les grands économistes, d’Adam Smith à Friedrich von Hayek.

Dans le domaine économique, Friedman a fait revivre et développé la théorie monétaire selon laquelle les résultats économiques dépendent essentiellement de la quantité d’argent en circulation. Dans son chef d’oeuvre Histoire monétaire des Etats-Unis, 1867-1960 (écrit avec Anna Schwartz), il a attribué les récessions, y compris la Grande dépression des années 30, à une baisse de la masse monétaire. De même, il soutient que l’excédent monétaire est responsable de l’inflation.

Dans les années 60, Friedman a montré que la gestion keynésienne de la demande par la dépense publique augmentait de façon constante la masse monétaire et accélérait la hausse des revenus et des coûts. Avec Edmund Phelps – lauréat du prix Nobel cette année – il a prouvé qu’il n’existe pas de corrélation stable entre le chômage et l’inflation. Les politiques publiques expansionnistes visant à faire baisser le chômage en deçà d’une certaine limite alimenteraient les anticipations inflationnistes et saperaient la croissance économique et l’emploi. Cette analyse a anticipé et expliqué la conjonction entre la hausse de l’inflation et la montée du chômage des années 70, connue sous le nom de « stagflation ».

Friedman a joué un rôle catalyseur dans les nouvelles conceptions politiques économiques publiques. La stimulation et le contrôle budgétaire ont cédé la place à un nouvel instrument de la gestion économique : les politiques monétaires menées par des banques centrales indépendantes. L’exploitation de la demande selon Keynes a donc été supplantée par une nouvelle conception – que nous devons largement à Friedman – aspirant à la discipline budgétaire et à la stabilité des coûts comme garants de la viabilité macroéconomique.

Les travaux de Friedman sur le rôle de l’État dans la société ont tout autant influencé l’opinion publique. Avec Hayek, son collègue de l’Université de Chicago, Friedman a donné un assaut intellectuel plus général au keynésianisme, en soutenant que tout gouvernement qui se permet de contrôler l’économie au nom de l’égalité menace les libertés individuelles.

Dans ses rubriques pour Newsweek publiées entre 1966 et 1983, et ses ouvrages Capitalisme et liberté , La liberté du choix et La tyrannie du statut quo (en collaboration avec sa femme Rose), Milton Friedman propose une vision de la liberté à la fois séduisante et accessible. En effet, La liberté du choix – à l’origine d’une émission de télévision populaire qu’il présentait – a été publié illégalement en Pologne dans les années 80. Au cœur des années les plus sombres de la domination communiste, ce livre m’a permis, ainsi qu’à beaucoup d’autres, de rêver d’un futur libre. Dans un style à la clarté remarquable, Friedman met en avant une philosophie politique convaincante, associées à des propositions concrètes. Par exemple, il a lancé l’idée des bons d’études, persuadé que la compétition dans l’enseignement privé garantirait de meilleurs résultats scolaires que les systèmes publics.

Friedman est le flambeau des conservateurs économiques du monde entier. Son influence sur le gouvernement de Margaret Thatcher a en partie transformé une Grande‑Bretagne postindustrielle sinistrée et dominée par la lutte des classes en grande puissance économique européenne. En outre, il a largement inspiré les hauts fonctionnaires du Vietnam pour leurs réformes d’économie de marché dans les années 80. Il est également à l’origine de la pratique désormais courante consistant à mesurer et à comparer les libertés économiques et politiques pour déterminer dans quels pays la liberté est limitée.

Mais l’anti-étatisme systématique de Friedman l’a aussi conduit à embrasser des points de vue choquant bon nombre de susceptibilités politiques conservatrices – l’honnêteté intellectuelle est caractéristique de la carrière de Friedman. Par exemple, il s’opposait aux mesures gouvernementales consistant à interdire ou à réguler les comportements humains, comme les lois anti-drogue et les mesures voulant que les médecins ne puissent exercer sans autorisation, ni les automobilistes conduire sans permis, car ces réglementations serviraient à subventionner le crime organisé. De même, il s’est considérablement investi dans sa campagne contre le service militaire aux Etats‑Unis.

Même s’il n’a pas remporté toutes ses batailles intellectuelles, il est certain que Friedman est un homme de grande valeur et que les travaux qu’il laisse derrière lui auront une influence durable. Je vis dans une Pologne désormais libre et je considère Milton Friedman comme l’un des grands architectes intellectuels de notre liberté.

Hide Comments Hide Comments Read Comments (0)

Please login or register to post a comment

Featured