0

La Turquie « forte »

JERUSALEM - L'envolée récente des actions militaires de la Turquie contre les Kurdes au Nord de l'Irak est une indication peu surprenante - mais pas totalement imprévisible - que la politique étrangère turque a subi un virage à 180 degrés en moins de deux ans. L'offensive turque est également une indication que ces modifications vont au-delà des tensions actuelles entre la Turquie et Israël, qui ne sont qu'une facette de tendances bien plus profondes.

Il y a à peine quelques années, après que l'Union Européenne a claqué la porte au nez de la Turquie (malgré quelques réformes militaires et pénales significatives par le gouvernement du Parti de la Justice et du Développement (AKP), la Turquie a réorienté sa politique loin de l'Europe vers ses plus proches voisins. L’approche « zéro conflit avec les voisins » du ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoğlu, a donné à cette réorientation son fondement stratégique et théorique.