0

Des guérisseurs sans moyens

JOHANNESBURG – Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme fête son dixième anniversaire cette année dans le cadre de contestations toujours plus nombreuses contre l’inégalité dans le monde. En effet, le mouvement des indignés a accaparé toute l’attention internationale en défiant le « 1 % » de la population mondiale qui exerce une influence disproportionnée sur la politique économique et sociale. Mais cette semaine, les efforts d’un grand nombre d’activistes du monde en développement, les principaux bénéficiaires du Fonds mondial, viseront surtout à assurer la pérennité de l’institution alors qu’elle franchit le cap de ses dix ans.

Dès les débuts du Fonds mondial en 2002, le nouvel organisme a été reconnu comme étant une institution novatrice mue par l’idée qu’il n’existe aucune raison valable pour laquelle les gens démunis aient à mourir de maladies pouvant être évitées ou traitées. En fait, le Fonds a été perçu par plusieurs comme une entité activiste qui a mis l’accent sur les trois épidémies dévastatrices ayant pour dénominateur commun l’inégalité économique et sociale.