Monday, July 28, 2014
Exit from comment view mode. Click to hide this space
1

Après la terre promise

LONDRES – Au plus fort des révoltes arabes du printemps dernier, beaucoup d'Européens ont été secoués par les visions de cauchemar d'un tsunami de migrants s'écrasant contre les rives du continent. La vague n'a jamais frappé, mais son spectre a nourri un populisme tenace envers les immigrés, qui a dissimulé une importante nouvelle tendance : l’immigration vers l'Europe – et vers les États-Unis – est en grande partie dans l'impasse. Dans de nombreux pays, il y a plus d'émigrants que d’immigrants, principalement en raison de la crise économique qui a vu les emplois se tarir à l'Ouest.

Cette inversion est l'un des faits les moins signalés de 2011 (et des deux années précédentes) et les chiffres sont étonnants. Regardez l'Espagne, qui est en passe de perdre plus d'un demi-million d'habitants d'ici 2020. Par contre, entre 2002 et 2008, la population de l'Espagne a augmenté de près de 700 000 habitants par an, en grande partie par l'immigration. Les tendances sont semblables ailleurs en Europe.

Alors que ce seul fait ne calmera pas les opposants à l'immigration, il donne aux pays une plus grande marge de manœuvre pour réparer et renforcer les systèmes, gravement mis à mal, d’accueil et d’intégration des nouveaux arrivants. Même si les pays occidentaux frappés de vieillissement rapide sont incapables d'attirer les immigrants dont ils ont besoin, ils laissent des millions de personnes qui sont déjà là, souffrir de la discrimination et de la violence. Les arrestations et les expulsions ont lieu dans des conditions parfois terribles. Pendant ce temps, la communauté internationale échoue collectivement à protéger les vastes populations de migrants vulnérables, comme les millions de personnes bloquées par les récents conflits en Afrique du Nord.

Sans aucun doute, il faut faire face à une hausse du populisme envers les immigrés. Tandis que les bureaux de vote suggèrent que les attitudes sont davantage influencées par l'origine ethnique que par la religion, les deux aident à définir des identités et des mentalités. Les partis politiques en France, en Suisse et aux Pays-Bas, pour n’en nommer que quelques-uns, ont déclenché des campagnes couronnées de succès, qui ont transformé les immigrants en boucs-émissaires.

En outre, les gouvernements de l'Alabama et de la Hongrie contreviennent à des lois qui sapent les droits des migrants. L’Italie a récemment adopté de durs décrets « d'urgence » qui ciblent les migrants, en frappant l’entrée et le séjour des sans-papiers d’une infraction pénale.

La rhétorique anti-immigration des politiques extrémistes a alimenté le discours politique modéré. Les dirigeants européens s’empêtrent en déclarant, en haussant toujours le ton, que le multiculturalisme est mort. L’homme politique néerlandais Geert Wilders, dont le Parti de la Liberté fait officieusement partie de la coalition au pouvoir, a encore renchéri en étant inculpé d'incitation à la haine antimusulmane. Aux États-Unis, des fossés remplis d'alligator et des frontières aux clôtures électrifiées ont été présentés dans le programme de la campagne présidentielle actuelle.

De telles attaques sur l'immigration pourraient offrir certaines gratifications politiques instantanées, mais leur résultat effectif est de cliver les sociétés dont la cohésion est déjà sérieusement contestée par la crise économique. La discrimination croissante dans l'emploi, le logement et l'éducation touche non seulement les immigrés et leurs enfants, mais elle freine aussi nos sociétés dans leur ensemble.

Avec l’accalmie de l'immigration, nous disposons maintenant d’une bonne occasion pour corriger ces défauts. Faire éclater les mythes sur l’immigration – selon lesquels la plupart des immigrants entreraient illégalement, par exemple, ou selon lesquels l'immigration déplace les travailleurs existants – serait un bon point de départ. Il serait également utile d'expliquer que l'immigration est nécessaire pour la prospérité et la croissance dans presque tous les pays de l'OCDE.

Si les sociétés vieillissantes occidentales et ailleurs (comme au Japon) ne parviennent pas à obtenir une bonne immigration, elles seront cruellement dépourvues lorsqu'elles sont confrontées à un véritable raz-de-marée : la retraite des baby-boomers au cours des deux prochaines décennies. Les lacunes dans les marchés du travail de ces pays – des spécialistes en logiciels aux médecins d'aide à domicile – seront immenses. La main-d’œuvre de l'Union Européenne déclinera de près de 70 millions de travailleurs au cours des 40 prochaines années. En l'absence d'immigration nette significative (combinée avec un âge de la retraite beaucoup plus élevé), les économies européennes et les filets de sécurité sociale risquent de dépérir.

Les priorités sont claires. Nous avons besoin de mieux comprendre comment nos économies évolueront dans les décennies à venir, et de refondre nos systèmes éducatifs pour produire des travailleurs ayant des compétences utilisables. Et quand est clair que les immigrés seront nécessaires, nous devons être en mesure de les identifier, de les accueillir, de les intégrer et de les protéger.

Pendant ce temps, nos institutions les plus fondamentales – les écoles, la police et les tribunaux – doivent être repensées pour réfléchir et pour répondre à la diversité de nos communautés, qui est maintenant une réalité. Les pays doivent apprendre à travailler ensemble pour atteindre ces objectifs, dont très peu de pourront être atteints en faisant cavalier seul.

Si notre boîte à outils était vide, notre inaction pourrait être compréhensible. Mais les exemples de pratiques de migration intelligente abondent. Le Canada et les Philippines, par exemple, ont un accord bien huilé qui protège les droits des travailleurs temporaires. La Suède a mis au point une législation qui minimise la bureaucratie pour les entreprises qui ont besoin de travailleurs étrangers. Et d’importantes avances ont été faites pour assurer l'éducation nécessaire pour que les enfants immigrés puissent devenir des membres à part entière de la société.

Des progrès ont été faits au niveau mondial, malgré la crise économique et les vents contraires populistes. En juin, les États membres de l'Organisation Internationale du Travail ont massivement approuvé la Convention sur les Travailleurs Nationaux, qui augmentera considérablement les protections pour un groupe de travailleurs vulnérables – dont la majorité sont des migrants. Pendant ce temps, le Forum mondial sur la Migration et le Développement, créé en 2007, est rapidement devenu un important moyen pour favoriser la connaissance et partenariats.

La raison de cette coopération internationale accrue est simple : des pays partout dans le monde sont affectées par la migration, et de plus en plus, ils font l’expérience d’une immigration et d’une émigration simultanées.

En effet, environ un tiers des migrants aujourd'hui se déplacent entre les pays développés, un tiers se déplacent entre les pays en développement, et seulement un tiers depuis les pays en développement vers le monde développé. Des travailleurs hautement qualifiés, tels que les banquiers et les ingénieurs, affluent vers la Chine. Le Mexique, connu surtout comme un pays d'émigration, est d'origine à de millions de migrants en Amérique centrale. Des millions de personnes en Asie du Sud-Est s’aventurent vers le Moyen-Orient pour travailler, mais des millions d’autres passent les frontières à l’intérieur de la même région. La liste est longue.

Au sujet de la migration, nous sommes tous dans le même bateau – et ce bateau prend l’eau. À partir de 2012, les pays devront redoubler d'efforts pour le renflouer.

Exit from comment view mode. Click to hide this space
Hide Comments Hide Comments Read Comments (1)

Please login or register to post a comment

Featured