Tuesday, October 21, 2014
0

Une planète pour tous les hominidés

MELBOURNE – Deux films sortis ce mois-ci – l’un est un blockbuster de science-fiction, l'autre un documentaire plutôt éloquent – soulèvent la question de la relation que nous partageons avec nos plus proches parents non humains, les grands singes. Et ils sont porteurs d’enseignements et de leçons qui ne devraient rester ignorés.

La Planète des Singes de Rupert Wyatt est le septième d'une série de films adaptés du roman du même nom, écrit par Pierre Boule en 1963, dans lequel est dépeint un monde peuplé de singes extrêmement intelligents. À en croire la réclame de la dernière adaptation en date, ce serait “ le premier film d’action réelle dans l'histoire du cinéma dont le premier rôle est tenu par un animal sensible, qui est de surcroît le narrateur omniscient du film. ” Pourtant, aucun singe vivant n’était présent au cours du tournage.

Au lieu de cela, “ la technique de la captation de mouvements ”, développée pour le film Avatar, a été utilisée, permettant à Andy Serkis – un acteur humain – de jouer le rôle du chimpanzé nommé César, non pas en portant un costume de chimpanzé, mais en transformant chaque geste et expression faciale, même le plus subtil des sourcillements, en mouvement typique d’un singe.

Lorsque j'ai discuté avec Wyatt le mois dernier, ce dernier a reconnu que des raisons d'ordre pratique l’avaient poussé à ne pas utiliser de vrais singes pour son film. Mais il est également conscient du problème que cela pose d’un point de vue éthique. “ Je n’avais aucune envie de me compromettre en ayant recours à certaines pratiques, ” m'a-t-il expliqué. “ Pour faire en sorte que des singes fassent tout ce que vous voulez, il faut se placer en position dominante, les manipuler pour qu’ils effectuent une action. C'est de l'exploitation ”.

La répugnance de Wyatt quant à l’idée de participer à l'exploitation des grands singes est compréhensible, sachant que l'histoire de film en elle-même porte sur des singes qui se soulèvent en réaction à l'oppression des humains dominants. Le personnage principal humain, Will Rodman (interprété par James Franco), est un scientifique qui effectue des recherches en vue de découvrir un remède à la maladie d'Alzheimer, et expérimente sur des singes à cette fin.

Beaucoup de films auraient glorifié un scientifique de cet acabit, et traité le recours aux animaux en tant que pratique manifestement justifiée. Cependant, dans La planète des singes : les origines, Rodman est dépeint, selon les termes employés par Franco, comme “ une personne froide et solitaire. ” Ce n’est que lorsque les supérieurs de Rodman invalident ses travaux, et qu’il emmène César, un bébé chimpanzé, chez lui, que le scientifique commence à se soucier des autres. L'intrigue prend alors une autre tournure, César devenant trop gros et trop agressif pour vivre enfermé en compagnie d’un homme, il est déplacé vers ce qui est supposé être une réserve pour primates, mais qui est en réalité un dépotoir tenu par des hommes qui font preuve de cruauté envers les grands singes, qui y ont abandonnés et gardés captifs.

En ce qui concerne la manière de traiter les grands singes, une grande partie du film est fermement ancrée dans la réalité, et présente de grandes similitudes avec Project Nim, le documentaire basé sur le livre d’Elisabeth Hess, qui a retracé la vie d’un chimpanzé dans l’ouvrage Nim Chimpsky : The Chimp Who Would Be Human. Ce chimpanzé est né en 1973, dans un établissement de recherche sur les primates dans l'Oklahoma ; il a été retiré à sa mère alors qu’il n’avait que dix jours pour être utilisé dans le cadre d’une expérience sur le langage des signes.

Ayant été élevé avec une famille humaine, il a appris à utiliser plus de 100 signes en langage des signes américain, la langue utilisée par les Américains sourds et malentendants. Mais il a été retiré à sa première famille humaine et remis à des enseignants avec qui il n'a jamais pu créer les mêmes liens. Il a grandi, s’est renforcé et est devenu agressif, au point de mordre les professeurs qui s’occupaient de lui.

Herbert Terrace, le psychologue de l'Université de Columbia qui dirigeait le projet, a décidé d'y mettre fin et a renvoyé Nim dans l’installation qui abritait les primates dans l'Oklahoma. C’est là que le chimpanzé habitué aux gâteries de ses “ tuteurs ” – lorsqu'on lui a demandé de trier des photos d’humains et de singes, a placé sa propre photo dans la pile “ humains ” – s’est retrouvé enfermé dans une cage avec autres chimpanzés. Il a exprimé son ressenti quant à cette situation en faisant signe à chaque humain qui passait devant la cage, lui signifiant qu’il n’était pas le bienvenu. Nim a souffert de diverses autres vicissitudes – il a bien failli être infecté par le virus de l'hépatite suite à une expérience médicale – jusqu'à ce qu'il soit finalement placé dans un refuge pour animaux, où il est mort en 2000.

En 1993, Paola Cavalieri et moi-même avons fondé le Projet Grands Singes, une organisation dédiée à la reconnaissance du statut moral des grands singes, conformément à leur nature en tant qu’êtres conscients de soi et doués de pensée, d’animaux ayant une vie affective riche et profonde. Selon nous, les grands singes devraient au minimum avoir le droit à la vie, à la liberté et à la protection contre la torture dont bénéficie tous les membres de notre propre espèce, indépendamment de leurs aptitudes intellectuelles.

Entre temps, cette idée n’a fait que progresser. Depuis 2010, l'Union européenne a interdit de facto le recours aux grands singes dans le cadre d’expériences. Les expériences sur les grands singes sont désormais interdites ou strictement réglementées en Nouvelle-Zélande, en Australie et au Japon. Aux États-Unis, un groupe bipartisan de membres du Congrès soutient un projet de loi visant à mettre fin à l'utilisation de chimpanzés dans le cadre de la recherche biomédicale. En Espagne, en 2008, une résolution parlementaire exhortait le gouvernement à accorder certains droits juridiques fondamentaux aux grands singes, mais le gouvernement espagnol ne l’a pas encore appliquée.

La sortie de ces deux films très différents permettra peut-être aux grands singes d’entrer dans le cercle des êtres jouissant de droits moraux et juridiques plus rapidement. De cette façon, nos plus proches parents combleraient le fossé moral que nous avons creusé entre nous-mêmes et les autres animaux.

une planète pour tous les hominidés

Hide Comments Hide Comments Read Comments (0)

Please login or register to post a comment

Featured