0

Dire adieu aux armes nucléaires

MOSCOU – Il y a vingt-cinq ans ce mois-ci, j’étais assis en face du président américain Ronald Reagan à Reykjavik, en Islande, pour négocier un plan qui visait à réduire, et à éliminer totalement à l’horizon 2000, les terrifiants arsenaux d’armes nucléaires détenus par les Etats-Unis et l’Union soviétique.

Malgré nos divergences, Reagan et moi-même partagions la ferme conviction que les pays civilisés ne devaient pas faire d’armes aussi barbares le pivot de leur sécurité. Même si nous ne sommes pas parvenus à concrétiser nos aspirations les plus élevées à Reykjavik, le sommet fut néanmoins, selon les termes de mon ancien homologue, « un point tournant fondamental dans la quête d’un monde plus stable et plus sûr ».