Wednesday, April 23, 2014
Exit from comment view mode. Click to hide this space
2

L’or à 10.000 dollars l’once ?

SAN FRANCISCO – Il n’a jamais été facile d’avoir une discussion rationnelle sur la valeur du métal jaune. Et aujourd’hui, alors que le cours de l’or a augmenté de 300 pour cent au cours de la dernière décennie, c’est plus difficile que jamais. En décembre dernier, mes collègues économistes Martin Feldstein et Nouriel Roubini ont chacun publié une tribune libre dans laquelle ils doutaient courageusement du marché haussier, soulignant de manière sensée les risques liés à l’or.

Mais devinez ce qui s’est passé ? Depuis la parution de leurs articles, le cours de l’or a encore grimpé, pour atteindre récemment un plus haut historique de 1300 dollars l’once. En décembre dernier, plusieurs investisseurs dans le métal jaune estimaient que l’once atteindrait inévitablement les 2000 dollars. Aujourd’hui, encouragés par son appréciation constante, certains suggèrent qu’il pourrait grimper encore.

Un particulier qui a investi avec succès dans le métal précieux m’a récemment expliqué que les cours de la Bourse avaient stagné pendant une décennie avant que l’indice Dow Jones passe la barre des 1000 points. Depuis lors, le Dow Jones a dépassé la barre des 10.000 points. Maintenant que l’or a dépassé le seuil symbolique des 1000 dollars l’once, sa valeur ne pourrait-elle pas être elle aussi multipliée par dix ?

Il faut bien admettre qu’un cours bien plus élevé de l’or n’est pas aussi fantaisiste qu’il n’y paraît. Après ajustement à l’inflation, le prix actuel est très loin du plus haut de janvier 1980, où il a atteint 850 dollars l’once, soit bien plus que 2000 dollars en dollars actuels. Mais janvier 1980 était un pic aberrant lié à une instabilité géopolitique marquée. A 1300 dollars l’once, le cours actuel est sans doute plus du double du prix moyen à très long terme ajusté à l’inflation. A partir de là, qu’est-ce qui pourrait justifier une appréciation astronomique du cours de l’or ?

Une réponse est bien sûr un effondrement complet du dollar. Compte tenu des déficits en hausse constante et de la politique fiscale erratique du gouvernement américain, on peut se demander si une administration populiste ne pourrait être tentée à l’avenir de se tourner imprudemment vers la planche à billets. Si l’on s’inquiète de cette possibilité, l’or pourrait en effet être la couverture la plus fiable.

On peut aussi dire que les obligations indexées à l’inflation constituent une meilleure et plus directe couverture contre l’inflation que l’or. Mais les investisseurs dans le métal jaune sont en droit de se demander si le gouvernement honorera ses engagements dans des circonstances plus extrêmes. En fait, comme Carmen Reinhart et moi-même l’expliquons dans notre ouvrage récemment paru sur l’histoire des crises financières, This Time is Different, les gouvernements en mal de liquidités peuvent être tentés de convertir une dette indexée en une dette non indexée de façon à ce que son montant soit résorbé par l’inflation. Même les Etats-Unis ont abrogé les clauses d’indexation des obligations lors de la Grande dépression des années 1930. Cela peut donc se produire n’importe où.

Il n’en reste pas moins que la possibilité d’une très forte inflation ne veut pas dire qu’elle est probable, et il faut donc faire preuve d’une certaine prudence en affirmant que l’envolée du cours de l’or est dû à des attentes inflationnistes. Certains ont même pu dire que la progression constante de cours de l’or est en partie liée à l’apparition de nouveaux instruments financiers qui facilitent la spéculation et les échanges du métal jaune.

Il y a sans doute une part de vrai – et également une certaine ironie – dans ce point de vue. Après tout, les alchimistes du Moyen Age avaient entrepris une quête, jugée absurde aujourd’hui, des possibilités de transformation des métaux peu précieux en or. Ne serait-ce donc pas paradoxal si l’alchimie financière permettait  de démultiplier énormément la valeur d’un lingot ?

A mon avis, la flambée du prix du métal précieux s’explique avant tout par l’émergence de l’Asie, de l’Amérique latine et du Moyen-Orient dans l’économie mondiale. Avec l’accroissement du pouvoir d’achat d’une multitude de nouveaux consommateurs, la demande croît inévitablement et entraîne une hausse du prix des matières premières rares.

Dans le même temps, les banques centrales des économies émergentes doivent également accumuler des réserves en or, bien que dans une proportion moindre que leurs contreparties des pays développés. Et maintenant que l’euro semble moins intéressant comme devise alternative au dollar, l’attrait de l’or croît naturellement.

Il y a donc de solides fondamentaux qui expliquent sans doute le cours élevé actuel de l’or, mais la question de savoir s’ils continueront à soutenir le cours à l’avenir, et dans quelle mesure, reste posée.

En fait, un autre facteur essentiel qui a soutenu les prix de l’or pourrait se révéler bien plus éphémère que la mondialisation. Le cours de l’or est extrêmement sensible aux fluctuations des taux d’intérêt mondiaux. Après tout, l’or ne rapporte aucun intérêt et il faut même payer pour le stocker. Alors que les taux d’intérêt sont aujourd’hui au plus bas, il est plus intéressant de spéculer sur l’or que d’investir dans des obligations. Mais si les taux d’intérêt venaient à remonter fortement, une hypothèse tout à fait envisageable, le cours de l’or pourrait plonger.

La plupart des recherches économiques montrent que le prix de l’or est extrêmement difficile à prédire au court et moyen termes, avec des probabilités de gains et de pertes qui s’équilibrent. Il est donc dangereux d’extrapoler à partir de tendances à court terme. Vrai, le cours de l’or a connu une belle envolée, tout comme les prix mondiaux de l’immobilier – avant qu’ils s’effondrent.

Si vous êtes très riche, un fonds souverain ou une banque centrale, il est tout à fait sensé de diversifier votre portefeuille avec de l’or pour se protéger d’événements exceptionnels. Mais pour la plupart d’entre nous, le métal jaune est un pari risqué, malgré un attrait amplifié par son extraordinaire appréciation.

Bien sûr, toutes ces considérations pourraient n’avoir aucune influence sur le cours de l’or. Ce qui était vrai pour les alchimistes d’antan reste vrai aujourd’hui : l’or et la raison sont parfois difficiles à concilier.

Exit from comment view mode. Click to hide this space
Hide Comments Hide Comments Read Comments (2)

Please login or register to post a comment

  1. Commented Elizabeth Pula

    In my reading of this article, in retrospect, and way after the facts starting way back in 2010, and earlier, I just can't help but notice how Mr. Rogoff is just so mild mannered and polite. He understates facts, and those other guys that were hyping the gold instruments were of course yelling their heads off on FOX and a good many other places. How many little people, like regular folks freaking out in 2008, got e-mails promoting the GOLD market alternatives. Some snake-oil vendors really used their marketing skills to create new investment alternatives for the joe-blows not in-the-know, and not really part of the in-crowd on-THE-street. Hopefully, if those folks fell for the con, they sold out early, and haven't tried to maintain investments that weren't even a real hedge at all. So, what I mean to imply is that the in-crowd-on-THE-street periodically create new bubbles by their commentary. Now, dear reader, if anyone reads this comment, figure out just how many economic intellectuals are part of the same crowd? If, the title of this article in 2013 was also titled the same in 2010, just how much of a hopeful message can be implied and inferred by a lot of fearful people, who believe, and trust certain messages by certain authority figures? I very clearly do not mean to imply or suggest that Mr. Rogoff ever intends, or intended to mislead anyone, at any time past, present, or future. Personally, though, I do think that intellectual disconnect isn't anywhere as critical for most folks, as real uncomfortable social status, and economic opportunity disconnect for over 90 percent of everyday people. What I am referring to are the facts that since the 80's, real economic opportunities have been decreasing exponentially for certain citizens. Check out some of the EPI.org statistics. Those facts have been occurring, regardless of the whoopsie daisies of THE street markets and under-cover games.

Featured